Qu'est-ce qu'est la Right Wing Resistance ?

[RésistanceS.be – Samedi 23 novembre 2019]



Défilé paramilitaire de la Right Wing Resistance.
________________________________________


AU SUJET DE LA RWR-VLAANDEREN – Un jeune militant flamand d'extrême droite vient de se rendre célèbre. Ce samedi, une photo de lui faisant le salut nazi dans le Fort de Breendonk a été révélée par le quotidien flamand De Morgen et la VRT (voir ici notre autre article sur cette affaire). Activiste d'une famille pilier du Vlaams Belang, l'auteur de ce geste nostalgique du nazisme est aussi membre de la division flamande de la Right Wing Resistance(RWR) - RADIOSCOPIE 

Cette 
organisation néonazie mondiale est apparue en 2009, d'abord dans un seul pays. Son noyau fondateur est constitué de néonazis de Nouvelle-Zélande. Dans cette île à l'est de l'Australie, les membres de la RWR défilent en uniforme noir paramilitaire, comme à l'époque du nazisme en Allemagne et chez ses complices européens, il y a quatre-vingt ans d'ici. La Right Wing Resistance se prépare militairement à la « guerre des races » à venir, selon des théoriciens conspirationnistes d'extrême droite dont les écrits sont diffusés dans le monde entier. Depuis ses premières activités de l'autre côté de l'hémisphère, la RWR dispose de plusieurs groupes sympathisants en Europe et aux États-Unis. Certains se sont ensuite rassemblé dans des « divisions nationales » locales.

PRÉSENTE EN WALLONIE ET EN FLANDRE - Depuis plusieurs années, des néonazis en Belgique se revendique de la RWR. Ils sont pour la plupart francophones. Petit à petit, des liens concrets avec elle vont se sceller. En 2013, le groupuscule néonazi « NS Wallonie » établit des liens avec la division allemande de la RWR, localisée juste de l'autre côté de la frontière belgo-allemande. Avant 2013, le chef de la NS Wallonie faisait partie des gros bras du SO (service d'ordre) du Front national « réunifié ». Dans la mouvance belge de la RWR de l'époque se trouvait également un « crâne rasé » lié au Mouvement Nation. À plusieurs reprises, ce nervis violent néonazi s'est retrouvé dans le service d'ordre de ce dernier, souvent en portant des vêtements noirs, de type paramilitaire.

Le Chef-Fondateur de la NS Wallonie avec un jeune
militant allemand de la RWR Photo Archives RIDAF-Liège.
_______________________________________
Mais c'est en février dernier que la Right Wing Resistance va officiellement s'implanter chez nous avec la création d'une division locale, laRWR-Vlaanderen. Sa première action publique est une participation à une marche contre les migrants au début de l'année à Zeebruges. Elle était organisée par le Voorpost, un groupe d'action nationaliste qui sert aussi de service d'ordre au Vlaams Belang (voir ici sa notice dans le Dictionnaire de l'extrême droite flamande de RésistanceS).

LaRWR-Vlaanderen est notamment menée par l’anversois Andy Hendrickx qui a été, pendant de nombreuses années, actif auprès des Autonome Nationalisten Vlaanderen(ANV). Il s'agit d'un pur et dur. Comme le révélèrent les journaux antifascistes Verzetet RésistanceS, le même était présent, avec d'autres « kamarades autonomes», en décembre 2015 à la fête nazie du solstice d'hiver, co-organisée dans la région liégeoiseavec leur équivalent francophone, les Nationalistes autonomes Wallonie (NAW), aujourd'hui en sommeil. Lors de cette fête confidentielle de type germano-nazie, Andy Hendrickx posait fièrement devant un portrait d’Adolf Hitler, en présence de l'ancien « Fondateur » du Mouvement REF, une scission radicale du front wallon AGIR(à ne pas confondre avec l'actuel parti politique AGIR, fondé par le « canal historique » du FN belge), et d'un responsable bruxellois du Mouvement Nation (qui sera par la suite exclu suite à la création d'une tendance interne, le groupe Racines).

Le noyau dur de la RWR-Vlaanderen à Zeebruges
lors d'une marche anti-migrants organisée par
Voorpost, le service d'ordre du Vlaams Belang.
 – Photo Archives RIDAF-Antwerpen.
___________________________________________
Au sein de la RWR-Vlaanderen, il y a aussi le brugeois Kevin De Graeve, dit « Bubs ». Également ancien des ANV, il fut membre du service d’ordre de la section du Vlaams Belang dans sa ville. « Bubs » était alors lié à l'Aryan Strikeforce, la « division flamande et hollandaise » du réseau mondial de naziskins Blood & Honour, en particulier de son « courant Combat 18 » (« Combat pour Adolf Hitler ») qui prône le terrorisme contre les « ennemis de l'Europe blanche ». Mentionnons encore le nom de Lieven Vanleuven. Lui aussi venant des Autonome Nationalisten, il est actif à Vilvoorde, une petite ville flamande à proximité de Bruxelles. Vanleuven est un pur et dur au verbe direct. Lors d’une manifestation de Pegida, un mouvement anti-islam lié au VB, en 2015 à Gand, il insulta la journaliste Danira Boukhriss de la chaîne télé flamande VRT en lui beuglant : « Je ne suis pas un raciste, ma poule. Je peux simplement pas te flairer, ni te voir ».

La création d'une division flamande de la RWR confirme l'implantation en Flandre d'un nouveau groupe néonazi. Agissant, une fois de plus, dans l'ombre du Vlaams Belang, comme jadis à l'époque du Vlaams Blok. Rien n'a donc réellement changé.



MALIKADE RYCK & TON RENNENBERG
---------------------------------------------------------

web-journal
 RésistanceS.be
Observatoire belge de l'extrême droite





Cet article que vous venez de lire a été publié une première fois dans LE JOURNAL de résistances, le périodique papier de l'asbl RésistanceS, n°1, mai 2019, page 5. Il a été réactualisé et adapté pour sa réédition de ce 23 novembre 2019 sur notre site Internet. Au sujet du JdRCLIQUEZ ICI

© Article du web-journal de RésistanceS | asbl RésistanceS | N° 478574442 | Bruxelles | Lundi 23 novembre 2019| info@resistances.be | Archives (1997-2014) : www.resistances.be