jeudi 27 août 2015

L'avocat belge de Marine Le Pen passe au Parlement européen pour reconstruire un nouveau FN en Belgique ?

[RésistanceS.be – Jeudi 27 août 2015]


EXCLUSIVITE RESISTANCES.BE – Sa mission fut de liquider, devant les tribunaux, les frontistes de notre pays pour le compte de la présidente du FN français. Depuis, l'avocat liégeois, Ghislain Dubois, a été engagé comme assistant parlementaire européen par le Front national. En vue de la création, en 2017, d'un nouveau parti d'extrême droite en Belgique sous la houlette de Marine Le Pen ?



Lors d'une soirée du FN belge rénové en 2008, l'avocat liégeois Ghislain Dubois avec Jean-Marie Le Pen, alors toujours président du Front national français - Photo DR


L'histoire du « frontisme national » en Belgique débute en 1985. Avec la création, par un ancien membre du parti libéral, le docteur Daniel Féret, d'un FN local. Il prend la forme d'une asbl qui représente, officiellement dans ses statuts de fondation, le parti de Jean-Marie Le Pen dans notre pays. Une personnalité politique française qui bénéficie depuis les années septante de nombreux sympathisants chez nous (sur ces liens belgo-français, lire notre article « Les lepénistes belges de 1972 à nos jours »). Dix-sept ans plus tard, Marine Le Pen, l'héritière en 2011 du parti de son père, décide, dans le cadre de sa « stratégie de dédiabolisation », de garder une alliance tactique avec le Vlaams Belang au Parlement européen, mais de liquider définitivement politiquement ses partenaires belges francophones. Qui dans sa vie politique ne lui servent plus à rien.

Les considérant justement comme des « bons à rien et des mauvais en tout », leur compagnonnage avec des « mouvements néonazis », révélé par RésistanceS.be, notamment dans cet article « Le FN belge et Nation manifestent avec des néonazis », fut l'occasion pour la nouvelle présidente frontiste de donner le coup de grâce sur le plan judiciaire, avec de multiples plaintes déposées et procès intentés, aux différents clans frontistes qui se revendiquent du FN sur le territoire national belge. La partie n'est néanmoins pas encore entièrement gagnée pour Marine Le Pen, puisque subsiste toujours légalement, suite à un appel interjeté par lui, le Front national belge (FNB), la structure directement issue de l'asbl fondatrice de ce parti en 1985. Aux élections communales d'octobre 2012, quatre candidats de ce FNB – se présentant également sous le nom de « Ligue européenne, patriotique, égalitaire et nationaliste » (LEPEN) – furent d'ailleurs élus conseillers communaux à Charleroi, à Fleurus et à Châtelet. Sur le FNB/LEPEN, lire notre article : « LEPEN se présente aux élections en Belgique ».


Marine Le Pen, une simple cliente ?

A la manœuvre des actions judiciaires du FN français pour contrer les frontistes belges, il y a un avocat discret, du nom de Ghislain Dubois. Pour ce dernier, Marine Le Pen n'est officiellement qu'une cliente, comme une autre, comme il l'a récemment répété à RésistanceS.be. Pourtant, tout récemment ce membre du barreau de Liège a été engagé, avec un contrat de travail en bonne et due forme, au Parlement européen (PE) pour y devenir l'assistant parlementaire de la députée française Marie-Christine Boutonnet. Une pure et dure du Front national.Affiliée depuis 1979, elle siégera ensuite à son conseil national, deviendra la secrétaire de sa fédération du Tarn et dirigera, avec Bernard Antony, l'un des leaders du « courant national-catholique » du FN, son organe de presse territorial. Un périodique titré « 
Le Pays réel », comme le journal de Rex, la formation d'extrême droite catholique belge de Léon Degrelle dans les années trente.

Cet engagement professionnel - et clairement politique – de Ghislain Dubois pourrait être considéré comme un service rendu pour les actions judiciaires qu'il a enclenchées devant les juridictions belges, en faveur de sa « cliente » Marine Le Pen.


A l'extrême droite depuis 1988

Son intégration dans la fraction parlementaire du FN au PE n'est certainement pas uniquement liée à ses liens contractuels récents avec la présidente du parti français (auparavant d'ailleurs, il fut aussi l'avocat belge de Jean-Marie Le Pen). En effet, l'individu en question est, depuis plus de vingt-cinq ans, connu pour son engagement dans les rangs de la « droite nationale ». Comme le démontre un retour rapide dans son histoire politique personnelle.

Cofondateur en 1988, à Liège, de l'association politico-religieuse Belgique & Chrétienté - qui sera ensuite très vite accaparée par un certain Alain Escada, qui préside maintenant l'Institut Civitas lié aux catholiques traditionalistes scissionnistes lefebvristes, Ghislain Dubois participe déjà à la fête annuelle frontiste des « Bleus Blancs Rouges », dans la capitale française. Plus tard, on va le retrouver dans l'ombre du Front national de Daniel Féret, puis dans celle du FN « rénové », une dissidence frontiste conduite d'abord par le sénateur Michel Delacroix, puis par le député régional wallon Charles Pire, un transfuge de feu le Parti social-chrétien (PSC).

En 2007, à l'occasion de l'élection présidentielle française, le même Dubois cofonde – et en deviendra le président – le Comité belge de soutien à Jean-Marie Le Pen. Ses autres membres-fondateurs sont tous à l'époque des dirigeants du FN rénové : Charles Pire, Jean-Pierre Borbousse, Patrick Sessler et Georges-Pierre Tonnelier (voir notre article qui lui fut consacré ici). L'avocat Ghislain Dubois est aussi un intime, depuis plus de dix ans déjà, de Bruno Gollnisch. Fidèle bras droit de Jean-Marie Le Pen, celui-ci est le numéro deux de sa formation et également le chef de file de ses nostalgiques. Gollnisch est effectivement connu pour son soutien affiché aux négationnistes et pour ses affinités idéologiques avec l'OEuvre française, le plus vieux mouvement d'extrême droite regroupant les derniers fanatiques du Maréchal Pétain, de Léon Degrelle (devenu après la Guerre 40-45 un modèle politique pour les radicaux de l'extrême droite européenne) et d'autres antisémites de la pire espèce. Comme nous le rappelions, en décembre 2008, dans notre article : « Forum pour les fanatiques de la Nation ».

En septembre 2008, lors d'un colloque de l'Institut du Pays Libre qui se tient au Centre Charlier à Paris, Ghislain Dubois est présenté comme étant le vice-président en Belgique des comités Chrétienté-Solidarité. Fondés en 1982 par ce même « centre » d'obédience « national-catholique », ceux-ci sont conduits par le frontiste Bernard Antony, déjà cité plus haut dans notre présent article pour ses liens avec la députée européenne FN dont Dubois est devenu depuis l'assistant. Le monde de la droite ultra est, pour finir, très restreint.


> Sans complexe, Ghislain Dubois affiche sur Internet ses liens avec Bruno Gollnisch, le leader des purs et durs du FN français.


Le 13 novembre 2010, l'avocat belge participe activement à la « Fête des patriotes », organisée à Villepreux, par l'association « les Amis de Bruno Gollnisch ». Il figure, comme orateur, au programme de son forum « Quel avenir pour les droites nationales en Europe », avec deux députés européens, l'un du Mouvement pour une meilleure Hongrie (Jobbik), l'autre du FPÖ autrichien, mais encore le vice-président du Parti national rénovateur portugais (droite radicale nationaliste) et le secrétaire général du Mouvement social-Flamme tricolore (MS-FT), un des pseudopodes du Mouvement social italien (MSI), issu du Parti national fasciste de Benito Mussolini.

Les participations actives de Ghislain Dubois en faveur du FN français et de sa sphère d'influence seraient-elles juste des « erreurs de jeunesse » et aujourd'hui, derrière lui ? Le 15 juin dernier, le même Dubois est une énième fois intervenu, comme orateur, pour le compte du FN français, aux « Journées d'amitiés politiques et patriotiques » organisées par sa fédération lilloise.



Force est donc de constater que sa carrière d'avocat se double d'un enrôlement politique clair et précis, certes discret, au sein de la droite la plus extrême. Et ceci depuis plus de vingt-cinq ans. Malgré tout, l'homme est aussi devenu une cible au sein même de sa famille politique : il est l'objet de plusieurs menaces et de nombreuses plaintes judiciaires ont été déposées contre lui par d'ex-camarades du Front national belge. Ce qui n'est pas de tout repos.


L'avocat liégeois Ghislain Dubois à la tribune d'une réunion publique récente du Front national français – Photo DR.


Le retour du « FN » en Belgique en 2017 ?

La promotion de Ghislain Dubois au rang d'assistant parlementaire européen pour le compte du FN français n'est pas uniquement celle de l'avocat belge de Marine Le Pen. Elle est aussi celle d'un véritable homme de l'ombre du frontisme national dans notre pays. Hypothèse : il pourrait dès lors, le moment (re)venu, être en charge de la remise sur pied d'une succursale locale du parti de Marine Le Pen, dont la popularité à Bruxelles et en Wallonie existe réellement (à ce sujet lire l'article de RésistanceS.be : « Succès de MarineLe Pen en Wallonie et à Bruxelles »).

L'extrême droite francophone – en alliance pourquoi pas avec le Parti populaire (lire notre article « Le Parti populaire monte au Front (national) »)– pourrait, si elle arrive à se restructurer sur de bonnes bases, réapparaitre aux élections communales de 2018. La carrière politique de Ghislain Dubois n'est peut-être dès lors pas finie.


MANUEL ABRAMOWICZ 
 Journal d'investigation RésistanceS.be




© Article du journal en ligne  RésistanceS.be | Bruxelles | Jeudi 27 août 2015 | info@resistances.be | Archives (1997-2014) : www.resistances.be | RésistanceS.be est aussi sur FACEBOOK  ICI