mercredi 9 septembre 2015

Echo sur RésistanceS.be dans «Journalistes», le mensuel de l'AJP

[RésistanceS.be – Lundi 7 septembre 2015]






Corrections et rectificatifs à cette brève de l'AJP

Dans cette très courte brève (16 lignes), ci-dessus, de Journalistes, le mensuel de l'Association des journalistes professionnels de Belgique francophone (AJP), signée par M.S. (Martine Simonis, sa secrétaire-générale), trois erreurs et une omission ont été descellées :

  1. Il ne s'agit pas de la cour d'appel de Liège, mais de Bruxelles.


  2. L'arrêt n'a pas été rendu le 29 juin, mais le 23 juin.


  3. RésistanceS.be n'est pas un « site » (internet), il s'agit d'un journal en ligne, comme le précisent régulièrement les médias d'informations belges ou étrangers, et le stipulent clairement ses statuts légaux de fondation publiés au Moniteur Belge.


  4. L'action judiciaire de l'avocat M.L. n'a pas été intenté contre RésistanceS.be, mais contre Manuel Abramowicz en personne, l'auteur de l'article en question et son rédacteur en chef. Il y a tout juste quelques jours seulement, il était encore présenté comme un « journaliste d'investigation » par le quotidien La Libre Belgique (voir ici).

Enfin, avec ce bref écho, nous pouvons constater le traitement inégalitaire de l'information réservée par le journal de l'AJP à l'égard de RésistanceS.be. Lors du procès intenté contre deux de ses journalistes (Manuel Abramowicz et Julien Maquestiau), en 2014, par Georges-Pierre Tonnelier, l'un des anciens dirigeants du Front national belge (voir ici), Journalistes a été beaucoup plus prolixe pour les critiquer  que quand ceux-ci gagnent totalement un procès. Dans le premier cas, Journalistes avait consacré une couverture et au total trois pages rédactionnelles. Dans le second cas : une brève de 16 lignes seulement !

Depuis son lancement, il y a plus de 18 ans, six procès sur sept intentés ont été gagnés par le journal RésistanceS.be. Concernant les plaintes déposées contre lui devant la Commission pour la protection de la vie privée ou devant le Conseil de déontologie journalistique (CDJ), toutes ont été gagnées par le journal d'investigation. En 2014, par exemple, une plainte avait été déposée contre Julien Maquestiau par Pascal Lorent, rédacteur au quotidien Le Soir. Et membre de l'AJP. Le CDJ rendra un avis favorable à Julien Maquestiau, en estimant la plainte de Lorent non-fondée. CQFD.


Pour RésistanceS.be, comme pour le reste de la presse, le journalisme est un engagement à risque. Il a été pris en 1997. Aujourd'hui, il se poursuivra encore plus que jamais.


S.H

    © Article du journal en ligne  RésistanceS.be | Bruxelles | Lundi 7 septembre 2015 | info@resistances.be | Archives (1997-2014) : www.resistances.be | RésistanceS.be est aussi sur FACEBOOK ICI